Les secrets de la naissance d’un violon…

Lutherie 6 commentaires

C’est toujours un plaisir de vous faire (re)découvrir la face cachée du violon. Dans un précédent article déjà, je vous avais fait part de ma découverte du livre Les Violons du Roi de Jean Diwo autour de la lutherie au XVIème  siècle.

Aujourd’hui, revenons à notre époque. La vidéo qui suit resitue tous les gestes minutieux requis dans la fabrication d’un violon.

Quels bois le luthier choisit-il ? Par quelle pièce commence-t-il ? Quels instruments utilise-t-il ? Comment fabrique-t-il son vernis ? Combien de couches en applique-t-il ? (elle a pas bientôt fini avec ses questions… ?) Quelle petite pièce de bois donnera son âme au violon ? (tiens, la réponse est dans la question comme dirait Coluche) Quel dernier geste le luthier fera-t-il avant de faire essayer l’instrument à un violoniste ? (ça y est, j’ai fini mes questions ^^)

Bref, autant de questions dont vous trouverez les réponses dans la vidéo.

Celle-ci dure 23 minutes (attendez, ne partez pas !). Vous aurez jusqu’au week-end du 4 mai (et au-delà) pour la regarder. En une fois, en plusieurs fois, plusieurs fois en une fois ou une fois en plusieurs fois… car je fais une petite pause dans la publication d’articles (comment ça j’en ai besoin ?).

Place maintenant à l’artiste Fernando González Ariki et à sa recherche de la sonorité parfaite… Ecoutez le résultat. C’est subjuguant.

Reconnaissez-vous les oeuvres jouées dans cette vidéo ? Devinez et donnez vos réponses en commentaire !

(Il y a un peu de saturation du son au début mais elle ne dure pas.)

Source vidéo : youtube.com/user/violoncellolutherie

Bonnes vacances aux chanceux qui en ont.

Partager

6 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *