Ce que Louis de Funès vous avait caché

Bien qu’en son temps Louis de Funès fut considéré comme un acteur populaire, ce n’est que depuis quelques dizaines d’années que son génie est reconnu en tant que tel. Rares sont ceux qui peuvent faire rire petits et grands à la Chaplin, rien qu’en bougeant, sans dire un mot et de manière si universelle.

C’était là le premier talent de Louis de Funès. Mais saviez-vous qu’il avait plus d’un don dans son sac ?

Un pianiste de jazz hors pair

Avant de connaitre le début de la gloire au cinéma en 1964 (il avait alors 50 ans), Louis de Funès passa beaucoup de nuits dans différents cabarets parisiens à jouer du piano, que sa mère lui enseigna dès l’âge de 5 ans.

Le bar où il tenait le piano était situé derrière la Madeleine. Chaque soir, il attendait le passage de l’inspecteur de la Mondaine, avec qui il attaquait un morceau à quatre mains. Quand ce dernier jouait seul, de Funès montait alors sur le piano, gesticulait et improvisait un numéro extravagant, chaque soir renouvelé.

Le réalisateur Georges Lautner qui fréquentait les lieux

Personnellement, c’est une chose que j’ignorais. Vous qui jouez du piano, le saviez-vous ? Pour ma part, c’est en regardant un extrait de « Comme un cheveu sur la soupe », dans lequel il tient pour la première fois un rôle principal au cinéma, que mes yeux se sont écarquillés en comprenant que le comédien n’avait pas été doublé.

Pierre Cousin, compositeur incompris, qui de surcroît se voit rejeté par son ex-fiancée Wanda, veut mourir. Cinq fois, usant de moyens différents, il tente de se suicider ; en vain. Il a alors l’idée de s’adresser à des tueurs professionnels, qui, contre argent, vont le supprimer. Mais entre-temps, il sauve de la noyade Caroline et reprend goût à la vie, d’autant que son action lui vaut une flatteuse publicité. C’est alors que se profile l’ombre des malfrats, soucieux d’honorer leur contrat. Il faudra une bagarre pour clarifier la situation.

Source : wikipédia

Il jouait tout d’oreille. Ce n’est, parait-il, que quelques années plus tard qu’il apprendra à lire une partition. Il en devient à mes yeux encore plus prodigieux.

Louis de Funès est pour moi un « monument » français capable de me faire regarder pour la 100ème fois (j’exagère à peine) la scène de danse quand Rabbi Jacob est diffusé à la télévision, de me faire rire à la première mimique. Il était déjà épatant comme danseur (quand on pense à son âge et qu’on sait qu’il n’avait reçu aucune formation), mais c’était aussi un remarquable pianiste capable de jouer 12h d’affilée, un touche-à-tout hors pair un peu comme on en voit outre-Atlantique.

 

♪ Rhapsodie n°2 – Franz Liszt (par Vladimir Horowitz)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Connaissiez-vous ce talent caché de Louis de Funès ?

Partager

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *