5 idées reçues sur la musique classique

La musique classique, c’est bien connu, c’est de la musique de supermarché, c’est ennuyeux, c’est pour les « bourges » et c’est répétitif ! C’est dit. Aujourd’hui, j’ai la lourde tâche de tordre le cou à ces préjugés… Y arriverai-je ?
Le chat de Geluck et la musique
Source dessin : dossierlechat.com

1/ C’est de la musique de fond au supermarché.

… ou une musique d’attente au téléphone. « Bonjour, vous êtes bien aux ASSEDIC, toutes nos lignes sont actuellement occupées, le temps d’attente est d’environ 2 ans »* et là, vous savez ce qui vous attend… Les Quatre Saisons de Vivaldi. C’est sûr qu’on ne va pas demander aux ASSEDIC de vous sensibiliser à la musique classique. Non parce que précisons-le quand-même, le Printemps des Quatre Saisons n’est pas l’oeuvre idéale pour vous encourager dans ces conditions à patienter sans vous énerver, surtout que ce n’est pas l’oeuvre entière qu’on vous fait entendre mais bien un extrait qui tourne en boucle toutes les 15 secondes.

*extrait d’Intouchables

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

C’est agaçant hein ?

2/ C’est répétitif.

Non, la musique classique ne se limite pas aux musiques d’attente au téléphone qui ne s’arrêtent jamais… Je comprends mieux maintenant cette idée reçue n°2 ! Plaisanterie mise à part, la musique classique est tout de même un peu répétitive car souvent les compositeurs font entendre un thème et le réexposent. Bon. Et alors ? Je ne trouve pas que ce soit plus répétitif qu’un bon vieux couplet-refrain-couplet-refrain-pont-couplet-refrain ! Vous voyez, on en vient à trouver des points communs avec la musique populaire. :tongue: Si vous êtes néophyte, la répétition ne pourra que vous donner des repères (« Tiens, j’ai déjà entendu ça ! ») et vous deviendrez petit à petit un expert (comment ça j’exagère ?).

3/ C’est d’un ennui…

…mortel.

Illustrateur : David Parkins

Evidemment si vous n’écoutez que du classique au téléphone (mais non je ne l’ai pas déjà dit) ! Plaisanterie mise encore à part, c’est selon les goûts de chacun. Je ne pourrai jamais écouter certaines oeuvres classiques (je ne supporte pas le pourtant célèbre Canon de Pachelbel). Ce n’est pas parce que j’aime la musique classique que j’aime toute la musique classique. Si vous êtes davantage auditeurs de musique populaire, il est fort probable que vous n’en aimiez pas tout le répertoire non plus. C’est la même chose en classique. A vous de trouver l’oeuvre ou l’extrait qui saura vous emporter, vous enjouer, vous attrister, vous transporter… C’est en écoutant beaucoup que l’on se forge une opinion. Encore une fois, sautez le pas.

Ecoutez cette montée en puissance des trompettes du Tuba Mirum du Requiem de Verdi. Le début est assez inquiétant, on se demande où le compositeur nous emmène. Les trompettes entrent au fur et à mesure en accumulation. Il y a de l’écho, ça se balance, ça gronde, ça foisonne, c’est de plus en plus tendu. Surgit alors le choeur : les femmes répondent aux hommes, le tout toujours ponctué d’interventions des trompettes que l’on entend au loin… Le mi bémol est omniprésent, tantôt joué par les trompettes, tantôt tenu par les sopranes. Puis tous se retrouvent enfin sur un omnes fortissimo (avec un mi bécarre !) avant un silence inattendu.
Si avec ça, vous n’êtes pas transporté !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Jetez un petit coup d’oeil à la traduction des paroles en latin :

Tuba mirum spargens sonum,
Per sepulchra regionum,
Coget omnes ante thronum.
Le son éclatant de la trompette,
Retentissant jusque dans les tombeaux,
Rassemblera tous les hommes devant le trône.

 

Musique et texte ne font qu’un. Verdi ce génie !

4/ C’est pour les gens cultivés et intelligents.

L’intelligence est une chose, la culture en est une autre. La connaissance est accessible à tous. Les bibliothèques municipales sont souvent gratuites, libre à chacun de franchir le cap. Et je ne parle même pas d’internet, présent dans beaucoup de foyers, qui reste une mine d’informations avec tous les médias qui y sont liés. Je vous assure que votre ordinateur n’explosera pas si vous écoutez l’Adagietto de la 5ème symphonie de Mahler.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

5/ C’est pour les riches.

D’ailleurs, c’est bien connu que nous faisons une fortune à chacun de nos concerts. ^^  Si l’accès à la musique classique n’était réservé qu’aux gens aisés il y a quelques centaines d’années, il en est tout autre aujourd’hui. Ce préjugé rejoint le précédent : les gens riches seraient-ils plus cultivés et plus intelligents que les autres ? Certains d’entre vous pensent devoir investir dans une nouvelle garde-robe pour se rendre à un concert de musique classique. Pourtant, vous n’imaginez pas acheter une robe de soirée ou un smoking juste pour un soir. Soyez rassuré, on ne vous le demandera pas ! J’ai en tête l’image de mes copains de fac de musicologie aux looks improbables (dreadlocks, piercing, style baba cool et j’en passe). Le contraste n’est-il pas saisissant ? Pour ceux qui hésitent encore : oui, on peut aller écouter le Requiem de Mozart en jean ou dans une tenue tout aussi passe-partout.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Pour finir sur une note d’humour, parce que les musiciens en ont généralement beaucoup (des notes et de l’humour), je vous propose de vous régaler avec cet extrait terriblement savoureux du film Intouchables.

Et vous ? Aviez-vous une idée reçue au sujet de la musique classique ? Allez sous l’article pour répondre dans les commentaires.

Partager

6 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *